• votre commentaire
  • Comment les médicaments psychiatriques créer des déséquilibres biochimiques et le cerveau les fixe

    Le seul déséquilibre biochimique dans le cerveau d'un schizophrène est celui mis là par les psychiatres avec leurs médicaments.


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • Morts Sur Ordonnance par 007ovni


    votre commentaire
  • autisme sur ordonnances  une information qui se voudrait complète

    Autisme sur ordonnances
    vacins et psychotropes

    AUTISME ET VACCINS: catastrophe sans précédent aux Etats-Unis

    « le plus grand crime jamais commis contre la population américaine. »

    Autisme et vaccins
    initiative cytoyen

    CNN révèle la fraude du CDC

    ils ont dissimulé au public 340% de risques d'autisme liés aux vaccins!

    Autisme et Vaccination Aluminium et Alzheimer  En résumé, si notre président et notre ministère de la Santé veulent arrêter l'épidémie d'Alzheimer qui menace la population, au lieu de réclamer des résultats à une recherche impuissante, au grand dam des laboratoires, ils feraient mieux de supprimer les causes de cette maladie, surtout les produits chimiques et les publicités coûteuses et mensongères pour un vaccin non seulement inutile mais très dangereux.

    Un enfant sur 68 souffre d'autisme aux États-Unis, une proportion en hausse de 30% depuis 2012, selon une estimation des autorités sanitaires.

    Autisme et antidépresseurs
    Les bébés nés de mères qui ont pris des antidépresseurs au début de leur grossesse sont environ trois fois plus susceptibles de développer l'autisme, des données alarmantes suggère.

    Autisme et antidepresseurs
    "Une recherche publiée en 2011 dans le journal « Archives of General Psychiatry » a étudié le rôle que pourrait jouer l’utilisation d’antidépresseurs par la mère avant et pendant la grossesse sur les troubles à spectre autistiques (TSA) L’étude, effectuée auprès de 298 enfants avec un TSA de la Californie du Nord, a trouvé que le risque de développer un TSA était doublé (risque relatif = 2.2) lorsque la mère avait pris des antidépresseurs de type inhibiteur sélectif de la recapture de sérotonine (ISRS) pendant l’année précédant la naissance. Le risque était presque quatre fois plus élevé (rr = 3.8) lorsque la prise des ISRS s’était effectuée durant le premier trimestre de la grossesse."

    Les antidépresseurs rendent les rats autistes
    Des rats exposés aux antidépresseurs juste avant et après leur naissance ont développé des anomalies cérébrales et des comportements craintifs.

    L'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse liés à un risque accru d'autisme
    Plusieurs études ont mis en cause l'utilisation des antidépresseurs pendant la grossesse avec complications à court terme des nouveau-nés, l'autisme et d'autres anomalies congénitales. Une étude publiée dans les Archives of General Psychology en Juillet 2011 a découvert un lien entre la prise d'antidépresseurs pendant la grossesse et un risque accru d'autisme. L'augmentation de l'autisme ont coïncidé avec l'utilisation accrue d'antidépresseurs

    l'exposition aux ISRS pendant la grossesse a été associée à un doublement du risque d'autisme
    L'étude la plus importante sur le antidépresseurs ISRS, la grossesse et l'autisme est sorti en 2011.Dans cette étude, Lisa Croen et ses collègues ont montré que l'exposition aux ISRS pendant la grossesse a été associée à un doublement du risque d'autisme. Plus important encore, pour la première exposition de trimestre pour les ISRS, le risque était presque quadruplé. Très important, son étude a porté sur les femmes dépressives qui ne figuraient pas sur les ISRS et dans ce groupe il y avait pas de risque accru d'autisme. C'était l'utilisation des antidépresseurs qui a été liée à l'autisme et non la dépression (17).

    Les antidépresseurs responsable de l'autisme ?
    Des résidus de psychotropes présents dans l'eau du robinet pourraient être responsables du déclenchement de la maladie.

    Des niveaux élevés de sérotonine sont trouvés chez les enfants atteints d'autisme.
    Des statistiques récentes montrent qu'il ya eu une énorme augmentation de l'autisme. J'ai eu un patient qui était sous Prozac qui a eu trois enfants. Cette femme a eu trois enfants autistes avant qu'il ne vint à l'esprit qu'il pourrait lui être causé par le médicament. Les médecins sont pour maintenir les femmes enceintes sur ces médicaments.  Beaucoup d'infirmières sont extrêmement mécontents à ce sujet. Combien de bébés sont là là-bas dont l'autisme peut être causé par un médicament?  Personne ne cherche pour eux.

    Autisme : les antidépresseurs en cause ?
    D’après une étude publiée dans le dernier numéro de la revue PLoS One, des chercheurs américains ont montré que la présence en faible quantité d'antidépresseurs et autres médicaments psychotropes dans l’eau du robinet déclenchait, chez les poissons, l’expression de gènes directement associés à l'autisme. Cette découverte, qui confirme la pollution médicamenteuse de l’eau que nous consommons, pourrait entraîner des mesures sanitaires importantes quant aux contrôle de la qualité de celle ci.

    Antibiotique couramment prescrit Impliqué dans l'autisme
    Dans une étude publiée cette semaine, l'antibiotique Augmentin TM a été impliquée dans la formation de l'autisme. L'étude publiée dans Medical Hypotheses suggère fortement la possibilité d'empoisonnement d'ammoniaque à la suite de jeunes enfants prenant Augmentin.

    Les antibiotiques : mon enfant a été exposé aux antibiotiques au cours de l’accouchement. Au cours des deux premières semaines, il a encore été exposé à ces produits via le lait maternel. Dans la suite, c’est à cinq reprises qu’il a dû recevoir des antibiotiques pour des infections chroniques de l’oreille. Ce qui me rend malade c’est la dose d’Augmentin qu’il a reçue à six mois. Au cours de la visite traditionnelle des 6 mois, une seconde infection de l’oreille fut diagnostiquée. En dépit du fait qu’il était malade, il fut vacciné pour sept maladies différentes. Nous avons quitté le médecin avec une prescription d’Amoxicilline. Six jours plus tard, notre petit a fait une infection des voies respiratoires supérieures et l’infection de l’oreille n’a fait qu’empirer. Comme l’Amoxicilline n’avait pas marché, le pédiatre finit par prescrire de l’Augmentin. Après une seule dose de cet antibiotique, et dans les 24 heures, mon enfant présentait des selles acides et liquides, sa peau se décollait . Je n’avais jamais rien vu de pareil. Mon enfant souffrait atrocement. J’ai dû faire venir un médecin qui prescrivit un autre type d’antibiotique. C’est ainsi qu’il reçut trois types d’antibiotiques en l’espace de huit jours. Depuis cette date, le fonctionnement de son intestin n’a plus jamais été le même. L’Augmentin aurait été impliqué dans l’autisme. Si j’avais pu être au courant, j’aurais cherché « Augmentin et Autisme », ce qui m’aurait permis de prendre une décision complètement différente

    La vérité sur l'autisme post-vaccinal Un nouveau livre sans langue de bois sur l'un de plus grands scandales de toute l'histoire de la médecine... à diffuser sans modération! Edité par l'Association ALIS (Association Liberté Info Santé)


    votre commentaire
  • effet secondaire : la mort (Sans corruption pas de médicaments)

    http://www.effet-secondaire.fr/

    Est un livre du docteur j Virapen qui s'exprime dans cette article :


    Une médecine corrompue
    Les machinations illégales du cartel pharmaceutique

    ....
    L’émission ZDF « Frontal 21 » ne mâche pas ses mots

    Dans l’émission de la chaîne de télévision allemande ZDF « Frontal 21 » du 9 décembre 2008, le lobby pharmaceutique extrêmement puissant n’a pour une fois pas été ménagé. Les machinations du secteur pharmaceutique ont été démasquées et qualifiées de « méthodes mafieuses ». Tous les bas-fonds autour du magouillage ont été intitulés « réseau de la corruption ». L’émission montre un extrait du monde pharmaceutique quotidien et révèle sans fard ses méthodes de marketing sans scrupules. Dans l’émission, d’anciens managers déballent des informations internes, et on révèle comment les représentants de l’industrie pharmaceutique achètent systématiquement des médecins, politiciens, médias et même des groupes d’entraide. Tout ce qui ne va pas dans le sens de l’industrie pharmaceutique est combattu par tous les moyens afin que cela ne parvienne pas au public. Ceci tout à fait dans l’esprit des « dix commandements » de Thomas Ebeling, ancien CEO de Novartis: « Do whatever it takes: Kill to win – no prisoners » (« Fais tout ce qu’ il faut: tue pour gagner – pas de quartier! »). Il a insisté là-dessus dans des exposés et l’a écrit dans la publication interne de l’entreprise du « plan de bataille » pour les stratégies de marketing de Novartis.

    (Rester) sur le marché à tout prix

    L’émission montre que l’augmentation de la suicidalité suite à la prise de ZOLOFT® (un antidépresseur récent de Pfizer) a été voilée et passée sous silence pendant des années. Ensuite le cheminement du PROZAC® (un antidépresseur d’Eli Lilly) est montré, jusqu’à l’homologation en Europe. John Virapen, ancien directeur d’Eli Lilly Suède, qui était responsable de la réalisation de l’homologation de PROZAC®, s’est mis à disposition pour une interview. Il a expliqué alors comment il avait graissé la patte aux autorités d’homologation pour pouvoir faire homologuer PROZAC®, et comment il a négocié par des machinations corrompues un prix de lancement élevé pour le médicament. Il a dit franchement lors de l’interview: « Ils (l’ industrie pharmaceutique) vous vendent des médicaments dangereux pour gagner de l’argent. Rien d’autre. Si vous pensez que l’ industrie harmaceutique met des médicaments sur le marché pour vous aider – vous vous trompez lourdement! ».

    Publicité illégale pour les médicaments

    le pseudo médicament VOLAZIN
    La publicité directe pour les médicaments vendus sur ordonnance est encore interdite (pour le moment). Naturellement, ceci n’empêche pas les groupes pharmaceutiques de vanter aux consommateurs leurs nouveaux médicaments, par le biais d’articles bien emballés, supposément rédactionnels. Un reportage apparemment bien recherché est présenté aux consommateurs dans des revues. Ce reportagevante l’effet soi disant positif du médicament. Bien entendu, les inconvénients et les effets secondaires ne sont même pas mentionnés. Et pour couronner le tout, cette publicité cachée est encore étayée par des affirmations positives de scientifiques (achetés). L’émission « Frontal 21 » voulait savoir à quel point il est facile de corrompre les médias pour ses propres intérêts. A cet effet elle a fondé une entreprise bidon et envoyé un représentant d’un médicament fictif du nom de VOLAZIN dans différentes rédactions. Les entretiens ont été filmés par caméra cachée. Le résultat était décevant. Les maisons d’édition visitées (Apotheken-Umschau, 19 millions de lecteurs en Allemagne/ Verlag Condé Nast, revues: Vanity Fair, Vogue, GQ, Glamour, myself,.../Bauer M
    edia Groupe, plus de 300 revues: Tina, Laura, Neue Post, TV-Movie, Bravo, ...)mentionnaient l’interdiction de publicité pour les médicamentsrendus sur ordonnance. Mais toutes ont offert en quelques secondes une possibilité de publier malgré tout cette publicité illégale camouflée sous forme de reportage rédactionnel (p. ex. « Gesundheitsspezial »). Des prix pour la publication ont été cités, et, très important, la liberté absolue du contenu (rédactionnelle) a été garantie. Quelques jours plus tard, les premières propositions de layout d’une des rédactions arrivaient déjà. Les revues spécialisées scientifiques sont également achetables Dans la commercialisation de médicaments, l’industrie pharmaceutique poursuit des chemins aventureux. Ainsi qu’il est ressorti récemment d’une procédure judiciaire en raison des effets secondaires importants du médicament Vioxx, le groupe pharmaceutique Merck a payé la maison d’édition médicale Elsevier pour l’édition d’une revue publicitaire camouflée en revue spécialisée indépendante. Celle-ci contenait principalement des « études » dans le sens des intérêts de commercialisation de Bayer. Le numéro 2 de cette revue contenait 29 études. Parmi celles-ci, plus de 20 traitaient des médicaments de Merck (9 d’entre elles de Vioxx). Toutes les études ne servaient qu’à présenter les médicaments
    comme inoffensifs et efficaces. Il s’est avéré en outre que la maison d’édition scientifique Elsevier a fait
    financer au moins 6 autres revues spécialisées par des entreprises pharmaceutiques.
    Elsevier n’est pas n’importe quelle maison d’édition insignifiante, mais celle qui domine pratiquement la littérature spécialisée médicale. Elle édite entre autres « The Lancet », « The American Journal of medicine », « European Journal of Cancer », « Epidemics » et quelque 800 autres publications spécialisées médicales. Elsevier informe (ou désinforme) ainsi une grande partie du monde spécialisé médical au sujet des dernières découvertes de la médecine

    Les rouages de la loi commencent lentement à tourner

    Des méthodes de marketing trompeuses et illégales, la mise sous silence et la minimisation des
    effets secondaires ainsi que des méthodes publicitaires trompeuses et illégales sont à l’ordre du
    jour. Les groupes pharmaceutiques ont pu procéder ainsi pendant des d
    écennies sans la moindre crainte de demandes de recours. Mais en raison de leur avidité croissante, leurs machinations sont parvenues toujours davantage aux oreilles du public. Quelques procès ont déjà été réalisés, et même si les groupes pharmaceutiques peuvent pour le moment encore payer les frais judiciaires de la « petite caisse », la pression sur eux augmente toujours un peu plus, même si c’est lent


    Quelques exemples :

    • en 2008, la filiale de Novartis, Sandoz, a été condamnée à verser environ 38 millions de francs en raison de manipulations frauduleuses sur les prix. De nombreuses procédures sont encore en suspens contre Novartis
    • En 2008, le groupe pharmaceutique AstraZeneca a été condamné pour manipulations frauduleuses sur les prix à la charge des caisses sociales publiques, à payer une indemnité d’environ 46 millions de francs et une amende qui s’est finalement élevée à quelque 138 millions de francs
    • Bien qu’elle n’ait pas pu être condamnée juridiquement (quel que soit le pouvoir qui l’en empêchait), Bayer a payé jusqu’en 2007 environ 1,35 milliard de francs à des patients lésés et à des descendants des défunts en conséquence de leur hypocholestérolémiant Lipobay/ Baycol
    • Entre 2003 et 2007, GlaxoSmithKline a été condamnée dans le cadre de plusieurs procès suite à des manipulations frauduleuses sur les prix à payer environ 370 millions de francs • Roche a été condamnée par divers tribunaux entre 1999 et 2001 pour « conspiration criminelle » et entente illégale sur des prix, à payer la contrevaleur de plus d’un milliard de francs

    http://www.kiombo.com/pmes/pdf/mode_emploi_pharma_tricher_patients.pdf


    votre commentaire
  • Médicaments psychotropes : confessions d'une visiteuse médicale

    Médicaments psychotropes : confessions d'une visiteuse médicale

    Le 2 décembre 2004, Mégane, la nièce de Gwen Olsen, se suicide à l'âge de vingt ans en s'immolant par le feu, mettant fin au supplice qu'était devenu son existence, soumise aux effets indésirables de médicaments qui lui avaient été prescrits. Ayant passé près de quinze années à travailler pour l'industrie pharmaceutique en tant que visiteuse médicale, c'est en tant qu'initiée à ce que sont, entre autres, les psychotropes, que Gwen Olsen nous livre ici un témoignage aussi alarmiste qu'éclairant sur les conséquences que peuvent avoir ces médicaments.
    Mais c'est également en tant que victime de ces derniers, qu'elle a appris à ses dépends ce qu'il pouvait en coûter de se faire prescrire des substances agissant sur la chimie du cerveau. Forte de ce double éclairage de l'intérieur et profondément choquée par le sort de sa nièce Mégane, elle n'a de cesse aujourd'hui, à travers son site Internet et des tournées de conférences à travers les Etats-Unis, de diffuser une information qui permet à un vaste public de mieux connaître les résultats tragiques de prescriptions abusives concernant, par exemple, les antidépresseurs, anxiolytiques et autres hypnotiques.
    On pourra arguer que tout cela se passe loin de nous, de l'autre côté de l'Atlantique, dans un pays dont le système de santé a été relégué à la dernière place parmi ceux de dix-neuf nations occidentales. Mais ce que la plupart des gens ignorent, c'est que ce qu'on appelle aujourd'hui le DSM-5, le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, 5e édition (DSM, de l'anglais Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders) est conçu en Amérique et traduit en français à l'intention de notre pays, tous les médicaments psychiatriques qu'il induit étant pareillement prescrits et disponibles chez nous.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique