• le scandale des curatelles

    QUI SONT LES VERITABLES INCAPABLES ?
    Ceux qui sont condamnés à la dévalorisation sociale par la JUSTICE des Tutelles ou ceux qui prétendent leur venir en aide en les dépouillant de leurs biens ?

    Pour contourner cette loi, il suffit d'attribuer à ces personnes(chose facile depuis la loi Sarkozy de 2011) UNE MALADIE PSYCHIATRIQUE QUELCONQUE.

    L’ahurissant scandale des tutelles (dont tout le monde se fout)
    Selon le reportage, « un peu partout, certaines de ces personnes fragiles sont victimes de tuteurs qui détournent de l’argent… Quelques-uns de ces tuteurs finissent en prison, mais rarement.

    Tutelles, curatelles : un fromage qui engraisse des milliers de profiteurs
    Non seulement les majeurs protégés sont susceptibles d’être financièrement lésés mais du fait de la prise en charge de leurs affaires par le tuteur/curateur ils sont à la merci de ses humeurs, de ses négligences et de ses incompétences. Il n’est pas rare que le Tuteur/curateur soit dénué de tout égard vis à vis de son client et qu’il se plaise à l’humilier lorsqu’il ose dire que, par exemple son gaz a été coupé parce que la facture n’a pas été payée… Quoiqu’il fasse, le mandataire sait parfaitement qu’il ne court aucun risque, qu’un impunité absolue lui est garantie. Quelques affaires d’abus défraient régulièrement la chronique mais elles sont rares au regard des réalités

    Hôpitaux et Justice se seraient entendus pour éteindre des poursuites ?
    « En 2001, deux responsables de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière ont été condamnés : ils ne déclaraient pas le décès de patients sous tutelle pour perpétuer un «juteux commerce post mortem». L'affaire avait failli s'étendre à d'autres hôpitaux parisiens, mais un «équilibre de la terreur» entre médecins et magistrats semble avoir mis le holà. Comme en témoigne ce courrier en 1998 de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) au parquet : les faits «sont susceptibles de nuire gravement à l'image du service public hospitalier comme à celle du service public de la justice». Les procédures se sont arrêtées là, de peur d'un grand déballage.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :